Archives des conseil - ImmoPad

SmartPilot pour chiffrer vos travaux dès l’état des lieux

Dans le cadre d’une société qui encourage la transition vers des solutions énergétiques renouvelables et face à une demande croissante de logements, les travaux de rénovation restent un pilier essentiel de l’immobilier, ainsi que de notre société dans son ensemble. C’est pourquoi il devient capital de se munir d’un outil pour chiffrer vos travaux dès l’état des lieux, ou autres constats immobiliers.

La nécessité d’outils d’estimation et de chiffrage de travaux

En France, selon une étude de l’Observatoire national de la rénovation énergétique en 2022, 5,2 millions de logements sont considérés comme des passoires énergétiques. Dont plus de 2 millions sont des logements locatifs. En réponse à cette problématique, l’État a pris des mesures. Notamment avec la mise en place de la loi Climat et résilience, qui modifie les règles de vente et de location de ces logements en imposant de nouvelles normes. Ces dernières poussent les professionnels de la gestion et de l’immobilier à s’équiper. S’équiper d’un outil pour chiffrer les travaux dès leurs états des lieux par exemple.

Qu’est-ce qu’une passoire thermique ?

Une passoire thermique désigne une habitation avec une isolation thermique insuffisante. Cela entraîne des pertes de chaleur en hiver et de fraîcheur en été, et donc une consommation excessive d’énergie pour le chauffage et la climatisation.

Selon la loi Climat et Résilience, un logement est considéré comme énergétiquement décent lorsque sa consommation énergétique est inférieure à 450 kWh/m². Au-delà de cette limite, le logement est classé comme une passoire thermique. Ce critère est évalué par le diagnostic de performance énergétique (DPE). Et un logement est qualifié de passoire énergétique lorsque son étiquette énergie est entre F et G.

Les interdictions de louer et de vendre

À partir de 2025, la location des passoires thermiques les moins bien isolées (classées étiquette G) sera interdite. À partir de 2028, cette interdiction s’étendra au reste des passoires (classées F). Cette obligation sera appliquée aux étiquettes E d’ici 2034. Entre-temps, les locataires des logements classés comme passoires thermiques auront le droit de demander au propriétaire d’effectuer des travaux de rénovation. De plus, il sera interdit d’augmenter le loyer de ces logements en cas de renouvellement de bail. Ou même de remise en location.

En ce qui concerne la vente, un audit énergétique devra être réalisé avant la mise en vente du logement :

  • Au 1er avril 2023 pour les logements classés F et G. Seulement si la promesse ou l’acte de vente a été signé après le 1er septembre 2022.
  • En 2025 pour les logements classés E.
  • Et en 2034 pour les logements classés D.

Le rôle d’un outil pour chiffrer les travaux dès l’état des lieux

Dans le contexte sociétal actuel, il devient impératif pour les professionnels de l’immobilier de disposer d’outil de chiffrage des travaux. Puisque l’accent est mis sur la transition vers des solutions énergétiques durables. Ainsi que vers la rénovation des logements pour réduire leur empreinte carbone.

Pourquoi investir dans des outils de chiffrage de travaux ?

Ces outils permettent d’évaluer rapidement et précisément les coûts associés à la rénovation énergétique des bâtiments. Tout en prenant en compte les normes et réglementations en vigueur. Avec la pression croissante pour réduire la consommation énergétique des logements et l’interdiction progressive de la location des passoires thermiques, les professionnels de l’immobilier doivent être en mesure de fournir des estimations fiables et transparentes des coûts de rénovation à leurs clients, qu’ils soient propriétaires ou locataires.

De plus, investir dans un outil d’estimation et de chiffrage des travaux qui s’intègre aux constats immobiliers tels que l’état des lieux offre un avantage considérable en termes de gain de temps et d’efficacité. En intégrant ces données dans un même système, les professionnels de l’immobilier peuvent rationaliser leurs processus. Mais aussi, éviter les erreurs et les oublis, et fournir de complètes informations précises à leurs clients. Cela leur permet également de répondre plus rapidement aux demandes des clients et de conclure les transactions plus efficacement.

En résumé, dans un environnement où la rénovation énergétique des logements est devenue une priorité et où les réglementations sont de plus en plus contraignantes, disposer d’outils d’estimation et de chiffrage des travaux devient essentiel pour les professionnels de l’immobilier. Ces outils leur permettent de fournir des estimations précises et transparentes des coûts de rénovation, tout en gagnant du temps. Et ils améliorent leur efficacité grâce à leur intégration avec d’autres processus immobiliers tels que l’état des lieux. En investissant dans de tels outils, les professionnels de l’immobilier peuvent améliorer leur service client. Ils renforcent aussi leur compétitivité sur le marché. Enfin, ils contribuent à la transition vers un parc immobilier plus durable et écoénergétique.

L’arrivée de SmartPilot by ImmoPad, l’outil pour chiffrer les travaux dès l’état des lieux

C’est dans ce contexte de transition énergétique et de nécessité de disposer d’outils efficaces que ImmoPad a développé SmartPilot. C’est un outil d’estimation et de chiffrage de travaux. SmartPilot offre une solution complète pour évaluer les coûts de rénovation énergétique des bâtiments. Tout en tenant compte des normes et réglementations en vigueur, tout en intégrant les constats immobiliers tels que l’état des lieux.

Pour mieux comprendre l’utilité et le fonctionnement de SmartPilot, nous proposons un livre blanc détaillé qui explore en profondeur son utilisation, son importance dans le contexte actuel de transition énergétique, et comment il s’articule autour de deux métiers immobiliers différents : celui de l’agent immobilier et celui du gestionnaire d’actifs immobiliers.

Ce livre blanc fournira aux professionnels de l’immobilier des informations précieuses sur la manière dont SmartPilot peut optimiser leurs processus. Mais aussi améliorer leur service client et renforcer leur position sur le marché. En investissant dans SmartPilot et en comprenant pleinement son utilisation et son potentiel, les acteurs immobiliers peuvent se positionner en tant que leaders de la transition vers un parc immobilier plus durable et éco-énergétique.

L’arrêt de la loi Pinel en 2025 est un événement majeur pour le marché de l’immobilier français. Ce dispositif, qui permettait aux investisseurs de bénéficier d’une réduction d’impôt sur l’investissement locatif, a été un facteur important de la construction de logements neufs destinés à la location, notamment dans les zones les plus tendues. 

Sans cet avantage fiscal, les investisseurs particuliers seront moins nombreux à investir dans l’immobilier neuf, ce qui pourrait conduire à une diminution de l’offre locative. Les agences immobilières, qui ont joué un rôle important dans la commercialisation des logements Pinel, doivent donc s’adapter à l’arrêt de la loi Pinel. 

Dans cet article, nous verrons comment les agences immobilières peuvent s’adapter à l’arrêt de la loi Pinel. Nous aborderons notamment les points suivants : 

  • Les conséquences de l’arrêt de la loi Pinel sur le marché de l’immobilier 
  • Les dispositifs encore en place qui peuvent être intéressants pour les investisseurs 
  • Les services complémentaires que les agences immobilières peuvent proposer 

Loi Pinel: définition

Le dispositif Pinel est une loi française qui permet aux investisseurs de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu s’ils achètent un logement neuf et le mettent en location pendant une durée minimale de 6 ans. 

L’objectif était de pourvoir aux difficultés de logements en augmentant l’offre du parc locatif avec encadrement du loyer dans une zone en tension immobilière où l’offre en logement était trop basse.  

Le dispositif Pinel est un dispositif avantageux pour les investisseurs qui souhaitent se lancer dans l’investissement locatif. Cependant, il est important de bien connaître les conditions du dispositif avant de s’engager, car elles ont évolué au fil des années. 

Les différents critères de la loi Pinel

  • La zone géographique   
  • Le type de bien 
  • Le plafond du loyer et les ressources des locataires 
  • La durée d’engagement de mise en location  

La loi Pinel a été mise en place en 2015 et a connu plusieurs réformes depuis lors. En 2024, les principales modifications sont les suivantes : 

  • La réduction d’impôt est réduite à 9 % pour un engagement locatif de 6 ans
  • La réduction d’impôt est réduite à 12 % pour un engagement locatif de 9 ans
  • La réduction d’impôt est réduite à 14% pour un engagement locatif de 12 ans

De plus, le dispositif Pinel est désormais limité aux zones A, A bis et B1. Les zones B2 et C ne sont plus éligibles, sauf si le logement est situé dans une commune ou un quartier qui a été labellisé “rénovation urbaine” par l’État. 

Concernant les ressources du locataire, ceux-ci dépendent de la composition du foyer et de la zone géographique du logement.  

💡 A noter, il est possible de bénéficier des 21% de réduction d’impôts initiaux si votre client investisseur respecte les critères du dispositif Pinel Plus ou Super Pinel.  

 Attention tout de même, s’il est encore possible de disposer des avantages de la loi Pinel en 2024, Les déductions sont, elles, dégressives. Le Pinel plus permet quant à lui de bénéficier des déductions complètes sous certaines conditions. 

Récapitulatif des conditions pour bénficier de l’avantage fiscal Pinel en 2024:

  • Le logement dot être neuf ou en VEFA (Vente En état Futur d’Achèvement) 
  • Le logement doit se trouver dans un immeuble d’habitation collective 
  • Les loyers et ressources du locataire doivent respecter le plafonnement établis par la loi  
  • Le logement doit respecter un niveau de performance énergétique minimum  
  • Le logement doit être situé dans une zone géographique définie 
  • L’engagement de la durée de location doit être de 6, 9 ou 12 ans  
  • Le logement ne doit pas être loué “meublé” 
  • Le dispositif est limité à l’investissement de 2 logements maximum dans la limite de plafond d’investissement de 300 000 euros et 5 500 euros le mètre carré.  
  • Le bien doit être loué en tant que résidence principale du locataire

Loi Pinel 2024, questions fréquentes:

Tous les logements sont-ils éligibles à la loi Pinel ?  

 Non, seuls les logements collectifs dédiés à l’habitation peuvent prétendre à ce dispositif. 

Comment est calculé les plafonds de loyer de la loi Pinel ?  

Ce plafond est calculé sur la base d’un coefficient multiplicateur en prenant en compte la surface utile : plafonds mensuels de loyer au m2 de la zone x(0,7+19/surface utile)  

Exemple pour un logement de 50 m2 en zone A : 13,09x(0,7+19/100) soit 14,14 euros/m2

En savoir plus sur le plafonnement des loyers et des ressources

La loi Pinel impose-t-elle des contraintes énergétiques ?  

Pour bénéficier de la loi Pinel, le logement doit obtenir le label RE2020 et le label bâtiment basse consommation 2005. 

Qui peut bénéficier de la réduction d’impôt de la loi Pinel?  

Pour en bénéficier, votre client investisseur doit obligatoirement payer ses impôts en France et être domicilié en France.  

Quand se termine la loi Pinel?  

La loi Pinel ne sera plus appliquée à compter du 1° janvier 2025. Il est remplacé par Pinel +  ou Super Pinel en vigueur depuis 2023. Ainsi, il ne reste plus qu’une année pour profiter de cet avantage fiscal.

Conséquences de l’arrêt de la loi Pinel dans l’immobilier

Depuis sa mise en place en 2014, la loi Pinel aurait permis la création de plus d’un million de logements en France. Ce chiffre représente environ 20 % de la production totale de logements neufs sur la période. 

La loi Pinel a eu un impact significatif sur la construction de logements dans les zones tendues. En effet, 90 % des logements créés dans le cadre de la loi Pinel sont situés dans ces zones. 

Par ailleurs, les effets de la loi Pinel auront aussi eu un impact significatif sur l’investissement locatif  

Ainsi, l’arrêt de la loi Pinel en 2024 aura des conséquences importantes sur la construction de logements neufs, notamment dans les zones tendues. Effectivement, La loi Pinel a permis de créer une offre importante de logements locatifs, ce qui a contribué à répondre à la demande de logements locatifs, notamment dans les zones tendues. 

L’impact sur l’avantage fiscal:  

Les avantages en termes de réduction d’impôts ont été amoindris depuis 2023 et passe sous la barre des 10% en 2024:  

  • Pour un engagement locatif de 6 ans, la réduction d’impôts s’élèvera à 9% 
  • Pour un engagement locatif de 9 ans, la réduction d’impôts s’élèvera à 12% 
  • Pour un engagement locatif de 12 ans, la réduction d’impôts s’élèvera à 14% 

L’avantage fiscal relativement conséquent à l’époque se retrouve donc aujourd’hui très amoindri et pourrait dissuader bons nombres d’acheteurs d’investir dans le logement locatif. 

L’arrêt de ce dispositif particulièrement avantageux fiscalement risque de ralentir significativement le marché de l’investissement locatif. 

Si l’on ajoute à cela des taux d’intérêt actuels particulièrement élevés , l’intérêt à investir s’étiole peu à peu. 

L’impact sur le marché locatif 

La suppression de la loi Pinel risque de réduire l’offre de logements neufs mis en location. En effet, le dispositif Pinel a été un facteur important de la construction de logements neufs destinés à la location, notamment dans les zones les plus tendues. Sans cet avantage fiscal, les investisseurs particuliers seront moins nombreux à investir dans l’immobilier neuf, ce qui pourrait conduire à une diminution de l’offre locative

Par ailleurs, les taux d’intérêt élevés pourraient rendre l‘investissement immobilier plus coûteux, ce qui pourrait dissuader les investisseurs particuliers d’investir. 

Cette diminution de l’offre locative pourrait entraîner une hausse des prix des loyers, notamment dans les zones les plus tendues. En effet, avec moins de logements disponibles, les locataires seront en concurrence pour trouver un logement, ce qui pourrait conduire à une augmentation de la demande et, par conséquent, des prix. 

L’impact sur le marché immobilier 

L’arrêt de la loi Pinel pourrait également avoir un impact sur les prix de l’immobilier. En effet, le dispositif Pinel a été un facteur de soutien des prix de l’immobilier neuf. Sans cet avantage fiscal, les prix de l’immobilier neuf pourraient baisser, ce qui pourrait avoir un impact sur les prix de l’immobilier ancien. 

L’arrêt de la loi pourrait donc avoir un impact significatif sur le marché immobilier Français et ralentir les  investisseurs . Cependant, il restera possible de bénéficier de bons avantages en passant par le dispositif Pinel Plus  . 

Agences immobilières, conseils pour s’adapter à l’arrêt de la loi Pinel

 La fin des dispositifs tels que Pinel, peuvent effrayer et faire reculer vos clients investisseurs. Ils peuvent alors préférer s’orienter vers la vente de la leur bien estimant que l’investissement locatif n’est plus aussi rentable.  

Cependant, l’investissement locatif n’est pas mort et celui-ci peut encore s’avérer particulièrement fructueux à condition de s’avoir s’appuyer sur les bons dispositifs.  

Devant initialement s’arrêté en 2023, ce dispositif a été prolongé en 2024 et un nouveau dispositif y a été ajouté depuis 2023 : le Pinel Plus 

Loi Pinel +, un dispositif qui peut se révèler avantageux 

La loi Pinel + est la nouvelle version de la loi Pinel . Si les conditions pour pouvoir en bénéficier paraissent plus strict, ce dispositif reste tout de même avantageux.  

En effet, il peut permettre de bénéficier d’une réduction d’impôts pouvant aller jusqu’ à 21%.  

Le dispositif Pinel + s’avère plus contraignant au niveau des critères. De nombreux nouveaux éléments rentrent en compte afin de pouvoir en bénéficier. 

Les conditions pour pouvoir en bénéficier :  

  • Conditions actuelles de la loi Pinel : zone géographique, plafond ressources et loyer, mise en location sous 12 mois, engagement locatif minimal de 6 ans. Voir les conditions 
  • Le logement doit être en quartier prioritaire  

Ou bien 

  • Remplir les exigences suivantes :  
  • Une performance énergétique labellisée RE2020 
  • Un DPE classé A  
  • Avoir une double orientation pour le T3 et plus 
  • Avoir une surface minimale 
  • Avoir un espace extérieur  

Ainsi les critères pour bénéficier de l’avantage fiscal Pinel + s’avèrent effectivement plus contraignant avec ce nouveau dispositif. Alors est-ce vraiment encore avantageux de convaincre votre client d’effectuer u investissement locatif ?  

Et bien oui ! Car le dispositif Pinel + permet de bénéficier de taux de réductions complets :  

  • 12% de réduction pour un engagement de location de 6 ans  
  • 18% de réduction pour un engagement de location de 9 ans 
  • 21% de réduction pour un engagement de location de 12 ans 

Ce dispositif reste donc un gage de bon investissement en 2024. 

💡 Ce type de logement sera aussi plus facile à louer car moins énergivores et plus économes que de nombreux autres logements sur le marché locatif.  

Voir le simulateur Loi Pinel

Statut LMNP

Le Statut de loueur meublé non professionnel, peut s’avérer intéressant pour vos clients particuliers. En effet ce statut permet de bénéficier de revenus complémentaires.  

Les avantages du statut LMNP:  

  1. Une réduction d’impôt sur le revenu, sous certaines conditions en fonction de la durée d’engagement de location du bien : 
  • 6 ans : réduction de 12 % du prix d’achat  
  • 9 ans : réduction de 18 % du prix d’achat  
  • 12 ans : réduction de 21 % du prix d’achat 
  1. La possibilité de déduire les charges liées à la location du bien telles que les intérêts d’emprunt, les charges de copropriété, les charges de réparation et d’entretien, les frais d’agence, les frais de gestion locative, etc. 
  2. La possibilité de louer le bien à un membre de sa famille 

Les conditions concernant le bien: 

  • Il doit être meublé 
  • Il doit être situé dans une zone éligible à la loi Pinel 
  • Il doit être loué en tant que résidence principale ou secondaire 
  • Les revenus locatifs du bien ne doivent pas dépasser 23 000 € par an ou la moitié des revenus du foyer fiscal. 

Ce type de dispositif peut s’avérer être une bonne alternative pour vos clients souhaitant investir de Manière simple et rentable. En effet, ce statut permet d’avoir accès à des processus de déclarations simplifiées et permet aux investisseurs ayant des budgets moins importants d’accéder à l’investissement locatifs et de développer leur patrimoine .  

La rentabilité de ce statut peut aussi s’avérer être intéressante. En effet, les loyers des logements meublés sont plus élevés que ceux des logements vides : jusqu’ à 15% en moyenne.

Les autres dispositifs dédiés à l’investissement locatif

Il existe plusieurs dispositifs pour permettre à vos clients particuliers d’investir dans des logements locatifs en bénéficient de réduction d’impôts. Orienter les clients vers ces dispositifs peut donc être une solution pour les agences immobilières afin de s’adapter à l’arrêt de la loi Pinel

Parmi ces dispositifs ,  

  • Dispositif Denormandie, prolongée jusqu’ au 2024, elle permet de bénéficier de la même réduction d’impôt que Pinel  
  • Dispositif LocAvantage jusqu’ à 65% de réduction sur l’impôt sur le revenu selon le type de convention signée avec l’Anah 

A noter, la plupart de ces dispositifs s’arrêtent fin 2024 et imposent donc de réaliser l’investissement avant la fin de cette année.

Conseils spécifiques aux agences pour s’adapter à la fin de la loi Pinel

Voici quelques conseils spécifiques aux agences immobilières pour s’adapter à l’arrêt de la loi Pinel : 

  1. Informer les investisseurs des conséquences de l’arrêt de la loi Pinel. 

Les investisseurs doivent être conscients des changements qui vont intervenir en 2025. L’agence immobilière doit les informer des conséquences de l’arrêt de la loi Pinel sur l’offre locative, les prix des loyers et les opportunités d’investissement. 

  1. Se concentrer sur les dispositifs encore en place

La loi Pinel + et le statut LMNP sont deux dispositifs encore en place qui peuvent être intéressants pour les investisseurs.

  1. Proposer des services complémentaires.

Les agences immobilières peuvent proposer des services complémentaires aux investisseurs, tels que la gestion locative, gestion de la relation locataire ou le conseil en investissement. Ces services peuvent aider les investisseurs à rentabiliser leur investissement et à réduire les risques. 

En suivant ces conseils, les agences immobilières peuvent continuer à proposer des solutions intéressantes aux investisseurs, même après l’arrêt de la loi Pinel. Et n’oubliez pas de découvrir nos autres conseils sur notre blog.

L’arrêt de la loi Pinel est un défi pour les agences immobilières. Cependant, il existe des solutions pour s’adapter à cette nouvelle réalité. En se concentrant sur les dispositifs encore en place et en proposant des services complémentaires, les agences immobilières peuvent continuer à proposer des solutions intéressantes aux investisseurs. 

La loi Alur encadre les états des lieux, afin de les uniformiser. Cette loi de mars 2014, précise le contenu d’un état des lieux juridiquement valable. De ce fait, il est nécessaire que le bailleur et le locataire soient présents lors de l’état des lieux. Néanmoins, si le locataire ou le propriétaire ne peut se déplacer, il leur est possible de faire une procuration pour mandater une autre personne. Le locataire peut mandater un membre de son entourage, un ami ou toute autre personne de son choix. Concernant le propriétaire, il peut lui aussi mandater quelqu’un pour réaliser l’état des lieux. Souvent, il mandate un huissier de justice ou un agent immobilier. Nous nous intéressons dans cet article à : comment donner procuration pour un état des lieux ?

Pourquoi faire une procuration lors d’un état des lieux ?

Si le propriétaire ou le locataire n’est pas en mesure de se rendre à l’état des lieux, une procuration sera nécessaire. La procuration permettra à une autre personne de remplacer et surtout de représenter la personne absente.

Si le locataire n’est pas présent lors de l’état des lieux, alors la loi ALUR considère le logement loué en bon état. Il en va de même s’il n’a pas fait de procuration pour mandater une autre personne. Pour le locataire, il est donc essentiel de faire une procuration s’il est dans l’incapacité d’être présent à l’état des lieux.

Il est donc important de mandater une autre personne pour l’état des lieux en cas d’absence, car ce document permet d’attester de l’état du logement. Lors de la sortie du locataire, l’état des lieux d’entrée se compare avec l’état des lieux de sortie. Cela permet de constater si des dégradations ont eu lieu entre l’entrée et la sortie. Ce qui permet au propriétaire ou à l’agence mandatée de faire une retenue sur le dépôt de garantie du locataire. Sans ce document, il n’y a pas de preuve de l’état du logement, ce qui peut entraîner des litiges.

Que doit contenir une procuration pour un état des lieux ?

Le Code civil régit la procuration. La procuration se présente sous forme de lettre. Il faut y préciser l’objet de la procuration, ici la réalisation d’un état des lieux d’entrée ou de sortie. Il est nécessaire d’écrire la date à laquelle l’état des lieux se tiendra. L’adresse du bien dans lequel s’effectuera l’état des lieux doit aussi apparaître. De plus, le nom et prénom ainsi que la date et le lieu de naissance du mandant sont écrits. L’identité du mandataire ainsi que sa date de naissance et son lieu de naissance s’indiquent aussi dans cette lettre. Leurs adresses doivent également être renseignées. Les opérations réalisables par le mandataire se rédigent avec la durée de validité du mandat. Cette lettre doit être signée par le mandant et la mention “Bon pour pouvoir” doit être écrit. Le mandataire signe également avec la mention “Bon pour acceptation”. Il est possible de télécharger des exemples de lettre de procuration pour des états des lieux sur internet. Il suffit alors de reprendre le modèle et de le compléter.

Enfin, ce courrier se transmet au propriétaire bailleur, soit en accuser de réception, soit en main propre le jour de l’état des lieux.

Lors de l’état des lieux, le mandataire devra fournir une pièce d’identité du mandant

Qui mandater lorsqu’on ne peut être présent à l’état des lieux ?

Le locataire peut mandater la personne de son choix pour la représenter lors de l’état des lieux. Il peut s’agir d’un ami ou d’un membre de sa famille, le locataire doit avoir confiance en cette personne. La personne choisie s’engagera au nom du locataire, elle est en droit de refuser de signer si elle est en désaccord avec les observations de l’état des lieux.

Concernant le propriétaire, il peut donner une procuration à un proche ou à un professionnel pour réaliser l’état des lieux. Le plus souvent, il mandate un agent immobilier ou un huissier de justice afin de s’assurer que l’état des lieux sera bien réalisé. De plus, des solutions d’états des lieux digitalisées existent : permettant ainsi de transmettre le rapport directement après la signature au propriétaire. ImmoPad, par exemple, permet d’envoyer par email l’état des lieux au propriétaire juste après l’avoir clôturé. Et ce, en même temps que ça l’envoie au locataire.

En résumé :

Que ça soit le bailleur ou le locataire, il est possible qu’un des deux se fasse représenter par une tierce personne le jour de l’état des lieux. Néanmoins, des règles sont à respecter ! En effet, une lettre doit être rédigée afin de donner procuration au mandataire. Cette lettre doit contenir :

  • Les coordonnées du mandant et du mandataire (noms, prénoms et adresse complète des domiciles) ;
  • Les opérations précises qui sont confiées au mandataire, concernant l’état des lieux d’entrée ou de sortie ;
  • La date de l’état des lieux, ou s’il y a plusieurs états des lieux : une durée large ;
  • La signature du mandant et du mandataire ; sans cela, la procuration sera considérée comme caduque. 

Lorsqu’on travaille en gestion locative, la relation client est primordiale. Que cela soit entre l’agence immobilière et les locataires, ou entre l’agence immobilière et les propriétaires. En effet, plus les propriétaires seront satisfaits du travail de l’agence immobilière, plus ils la recommanderont autour d’eux. Ce qui permet à l’agence d’avoir plus de biens en gestion. Néanmoins, réussir à établir une bonne relation client demande de comprendre et de répondre aux craintes et attentes des propriétaires. Avoir une bonne relation client avec un propriétaire passe souvent par avoir une bonne relation client avec l’occupant. Si le candidat à la location a eu de bons retours sur l’agence immobilière par des locataires actuels ou des anciens cela le rassurera. Il en va de même, si lors de ces premiers échanges avec l’agence, il est satisfait de la relation client. Cet article a pour objectif de vous donner les clés pour améliorer sa relation client en gestion locative.

Comment améliorer votre relation client avec vos locataires ?

Améliorer sa relation client avec ses occupants est un travail qu’il faut entreprendre dès le premier contact. En effet, la première impression joue un rôle primordial ! Lorsqu’un candidat à la location vous pose des questions, répondez-lui de façon agréable. Le fait de répondre adéquatement à ses questions le rassurera. Il se sentira écouté et un lien de confiance naîtra. Il aura alors envie d’entreprendre des démarches dans votre agence et sautera le pas des visites. 

Lors des visites, montrez que vous êtes sympathique, souriez, c’est toujours plus agréable ! Montrez que vous êtes à l’écoute cela peut faire la différence.  

Concernant le dossier locatif, simplifiez les démarches et montrez que vous êtes à la pointe du progrès ! Comment ? En étant digitalisé ! DossierFacile vous aide à simplifier les démarches en ne demandant que les pièces obligatoires. Votre candidat saura ce qu’il doit renseigner, il vous dérangera donc moins. DossierFacile, qui est une start-up d’État, s’occupe de vérifier la conformité des pièces justificatives. Vous gagnerez du temps, en plus d’améliorer votre image auprès de votre candidat ! De plus, ce temps gagné vous permettra d’être plus disponible pour vos clients, propriétaires comme occupants

ImmoPad : un dossier locatif simple et efficace avec DossierFacile.

En savoir plus.

Lors de l’état des lieux, soyez transparent, réalisez un document avec des photos annotées, avec des commentaires clairs et précis. Pour vous aider, des applications existent, comme ImmoPad. Depuis votre smartphone ou votre tablette, réalisez en un rien de temps vos états des lieux. Vous pouvez dupliquer l’état des lieux d’entrée pour la sortie, un gain de temps garanti ! Le fait d’utiliser une application vous permettra de paraître dans l’air du temps. Les documents seront lisibles et agréables.

Après l’état des lieux, restez présents et à l’écoute avec TOTEiM Résident

Faire la différence pour améliorer votre relation client avec ses locataires en adoptant TOTEiM – Résidents :

Une fois l’état des lieux réalisé, offrez à vos occupants un espace qui leur est dédié ! Comment ? Avec TOTEiM-Résidents by ImmoPad. 

TOTEiM est un espace 100 % en ligne et 100 % dédiés à vos résidents !

Cet espace numérique vous permettra, une nouvelle fois, de paraître plus professionnel, plus organisé et à la pointe du progrès !

Depuis l’application ImmoPad, il vous suffit de cliquer sur “envoyer”, pour que vos occupants reçoivent automatiquement un email les invitant à finaliser leur création de compte TOTEiM. Cette interface en ligne leur permettra de récupérer leurs états des lieux, mais pas que ! En effet, TOTEiM permettra à vos locataires de :

  • Réaliser des demandes, telles que : demandes de quittance, de décompte des charges, de restitution du dépôt de garantie, ou de travaux. Vous recevez ainsi un email : finis les dérangements par téléphone !
  • Stocker des documents en lien avec le logement : votre occupant peut ajouter ses documents pour avoir tout au même endroit.
  • Retrouver et ajouter facilement des contacts en lien avec le logement.
  • Être accompagné dans la souscription à des contrats (énergie, téléphonie, assurance…) afin de bénéficier des meilleures offres grâce à espace conciergerie.

Grâce à une connexion internet, vos locataires auront tout ce dont ils ont besoin concernant le logement à portée de main.

Finie la vieille pochette avec tous les documents qui concernent le logement et bienvenue à l’espace numérique TOTEiM !

TOTEiM permet d’améliorer votre relation avec vos locataires, mais vous permet d’avoir d’autres avantages. En effet, avec cet espace, vos occupants bénéficient d’une conciergerie en ligne. Cette conciergerie qui les aide dans leurs démarches d’emménagement, vous permet, à vous, d’obtenir des avantages sur vos abonnements ImmoPad. Plus vos locataires utiliseront cette conciergerie, plus votre abonnement ImmoPad sera rentabilisé ou même remboursé grâce à notre système de commission TOTEiM. 

5 raisons d'adopter TOTEiM Résident pour améliorer sa relation client avec ses locataires.

En tant qu’agent immobilier, vous savez à quel point il est essentiel de rester à la pointe de la technologie pour réussir dans ce secteur compétitif. Mais une question subsiste : quelle est la meilleure application pour agent immobilier ?

Difficile d’y répondre. En effet, ces applications immobilières se sont multipliées. Si bien qu’aujourd’hui, elles répondent à différents besoins et solutions. Ainsi, dans cet article, nous allons explorer les critères pour trouver les bons outils selon vos besoins. Et vous recommander quelques-unes des meilleures applications pour votre activité d’agent immobilier.

Faites des recherches

Avant même de parler parler d’application pour agent immobilier, soulignons l’importance de la documentation pour votre profession. Vous devez constamment vous tenir au courant des législations en vigueur et de leurs mises à jour. C’est un peu comme naviguer sur un océan où les courants législatifs peuvent être tumultueux.

De plus, vous devez être au fait des particularités et des nouveautés de la ville dans laquelle vous exercez. Connaître les quartiers, les projets d’aménagement urbain, le réseau de transports et les infrastructures à venir est donc crucial. Vous équipez d’outils qui agrège toutes ces informations, avec des données géographiques précises et actualisées, vous aidera à établir une vision claire de l’environnement immobilier dans lequel vous opérez. Ces données vous donneront divers éléments de réponses mais surtout d’argumentation auprès de vos clients. Voici quelques outils et applications qui vous donneront diverses de ces informations :

  • Google Earth
  • ImmoData vous permet d’analyser toutes les ventes immobilières réalisées aux alentours, et d’obtenir des informations sur le marché immobilier dans cette zone.
  • Castorus est un petit outil très pratique pour consulter l’historique d’une annonce immobilière.
  • Geoportail permet de visualiser gratuitement les parcelles cadastrales sur une carte.

Améliorez votre notoriété

Maintenant que vous êtes bien documenté, il est temps de parler de l’importance de gagner en notoriété en tant qu’agent immobilier. Pour être efficace dans votre rôle, vous devez être visible et attirer la confiance de vos clients potentiels. Il est donc nécessaire de vous donner quelques conseils pour gagner en visibilité !

Communiquez !

Les réseaux sociaux sont un outil puissant pour bâtir votre réputation en ligne. Ils vous permettent de vous connecter avec votre audience, de partager vos connaissances et votre expertise, et d’interagir directement avec vos clients. Utilisez les réseaux sociaux pour diffuser des informations pertinentes, des conseils utiles et des témoignages de clients satisfaits. Une présence active et engagée sur les réseaux sociaux peut faire de vous le capitaine d’un navire moderne et prospère.

LinkedIn est le réseau social des professionnels, pour gagner en réputation dans le cercle immobilier, nous vous le recommandons.

Pour présenter vos biens, rien de mieux qu’Instagram ou même encore Facebook. Sur lequel vous trouverez plusieurs groupes Facebook regroupant divers professionnels de l’immobilier.

Nous vous conseillons un outil qui centralise vos réseaux sociaux, comme Buffer. Vous pouvez vous aider de Canva ou Adobe Spark Post pour la conception de vos postes de réseaux sociaux.

Pour trouver des images libres de droit pour vos postes, utilisez Canva, Pexels, Unsplash, Freepik ou encore Pixar.

Les avis Google et les sites d’avis certifiés sont également des outils essentiels pour bâtir une réputation qualitative. Les clients potentiels se tournent souvent vers les avis en ligne pour évaluer la réputation d’un agent immobilier. Encouragez vos clients satisfaits à laisser des commentaires positifs et veillez à y répondre de manière professionnelle. Cela renforcera votre crédibilité et vous aidera à attirer de nouveaux clients. Il existe par ailleurs, un référent officiel d’avis certifié en immobilier : immodvisor Pro

Le site internet

Avoir un site internet et l’agrémenter sera l’une des sources de votre visibilité. Nous vous recommandons au minimum un maintien de votre site, une présentation efficace et une navigation fluide pour vos internautes. Entre-autres, nous vous recommandons ces quelques outils pour parfaire l’utilisation de votre site internet :

  • Google Analytic pour analyser les données de votre site, les flux de visites, les conversions, etc.
  • Freshchat fonctionne comme Crisp, mais dans une solution plus complète qui permet de s’intégrer avec un outil de gestion de relation client ou d’envoi de mails marketing
  • Google Form ou TypeForm pour réaliser des formulaires et capter des leads et prospects
  • Keywords Everywhere pour rechercher des mots clefs pour le référencement naturel

Application pour agent immobilier n°1 : les outils visuels

La première étape pour attirer l’attention de vos prospects est de mettre en valeur vos biens de manière attrayante. Capter toute l’attention de l’internaute grâce à des outils visuels est l’un des aspects les plus compétitifs de la profession. C’est pourquoi les outils visuels font parties des applications indispensables pour un agent immobilier.
Certains outils vous permettent d’être clairs, précis et transparents en fournissant des preuves tangibles de la qualité de vos biens. Notamment grâce à des photos, des vidéos et des visites virtuelles. En offrant une première immersion digitale à vos prospects, vous leur permettez de se projeter dans les espaces et d’avoir une idée précise de ce qu’ils peuvent attendre lors d’une visite physique. C’est comme si vous leur offriez une clé pour ouvrir la porte de leur futur chez eux. Rappelez-vous :

« Sans une photo qui attire l’œil, la bataille est perdue d’avance. Vous avez 2 secondes pour capter l’attention. »

Professeur Michael Seiler, fondateur et directeur de l’institut du comportement de l’immobilier expérimental Old Dominion University,

Les outils photos

La photo est élément plus qu’essentielle dans la présentation de vos biens. Selon l’étude du professeur Seiler, retransmis par SeLoger, 95% des internautes passent en moyenne une vingtaine de seconde à regarder la première photo d’un bien immobilier. À l’inverse, 41,5% ne lisent pas forcément les descriptions des annonces. Et ce, car toute leur attention et jugement sont centrés sur les photographies du bien mis en avant. C’est pourquoi il est primordial de vous équiper pour obtenir des photos parfaites.

Les logiciels de retouche photo tels que Photoshop et Lightroom sont des alliés précieux pour améliorer la qualité de vos images. En version gratuite vous pouvez utiliser Snapseed. Vous pourrez y ajuster les couleurs, corriger les imperfections et mettre en valeur les caractéristiques uniques de chaque propriété.

De plus, des applications spécialisées dans l’immobilier comme Nodalview vous permettent de prendre des photos HDR qui capturent les détails et les couleurs de manière exceptionnelle. Ces outils vous aident à créer des visuels attrayants qui donneront envie aux acheteurs potentiels de découvrir vos biens.

Les outils vidéos

Les vidéos sont un moyen puissant de présenter vos biens immobiliers. Que ça soit avec un montage rapide pour faire venir les prospects sur votre site, ou bien un montage moins dynamique mais qui laissent le temps de présenter votre bien. Il existe divers outils et applications pour créer des montages vidéos simples mais de qualité professionnelle comme :

  • Animoto
  • Canva
  • Adobe Rush
  • iMovie

Vous pourrez y ajouter des descriptions, des effets spéciaux et de la musique pour donner vie à vos annonces. Ces vidéos permettent, entre autres, aux acheteurs et loueurs de se plonger dans l’ambiance d’une propriété et d’avoir une meilleure perception de l’espace et de la disposition des pièces.

3D, visites virtuelles, etc.

Pour offrir une expérience immersive encore plus réaliste, vous pouvez utiliser des logiciels d’architecture d’intérieur pour créer des plans 3D interactifs. Ces outils permettent aux acheteurs de se déplacer virtuellement dans la propriété, d’explorer les différentes pièces et de se faire une idée précise de l’espace disponible. Les visites virtuelles sont devenues essentielles pour attirer les acheteurs internationaux ou ceux qui ne peuvent pas se déplacer physiquement. Ils offrent une expérience unique qui facilite la prise de décision et accélère le processus d’achat. Pour ce type d’outils, vous pouvez vous tourner vers Matterport ou Nodalview pour les visites virtuelles, ou encore HomeByMe pour les conceptions gratuites.

Comme vous pouvez le remarquer, il ne s’agit pas nécessairement d’application spécialement pour un agent immobilier. Toutefois, leur utilisation pour votre secteur d’activité pour aisément faire la différence.

Application pour agent immobilier n°2 : Gestion et service client

D’abord la gestion client…

En tant qu’agent immobilier, la gestion de vos clients est une part importante de votre travail. Les applications de gestion de la relation client (CRM) vous aident à garder une trace de toutes les interactions avec vos clients, à suivre les prospects et à organiser vos tâches. Elles vous permettent de rester organisé. Et d’améliorer votre service client en fournissant des réponses rapides et personnalisées à chaque demande.

Hubspot, par exemple, est une solution CRM complète qui enregistre vos clients. Ce CRM vous permet un suivi de vos pipelines et transactions mais aussi de gérer vos réseaux sociaux et mailings.

Il existe aussi en gratuit, le CRM FreshSales, qui s’intègre avec toute la suite Fresworks.

C’est aussi important de communiquer avec vos client. C’est pourquoi côté mail, nous vous recommandons vivement un investissement dans ces solutions : mailchimp, brevo ou getrespons

Par ailleurs, pour communiquer plus directement, certains agents n’hésite pas à passer par les messageries des réseaux sociaux. Ou même à utiliser What’s App.

Les services clients

Pour offrir un service client de qualité supérieure, il existe des applications spécialisées dans l’immobilier qui peuvent vous être d’une grande aide. Par exemple, des applications vous permettent d’indiquer les ensoleillements des biens, un critère important pour de nombreux acheteurs.

De plus, des applications d’aide à la gestion vous offrent la possibilité de numériser entièrement les dossiers locatifs, simplifiant ainsi les processus administratifs.

Les applications de signature électronique, comme domuSign, facilitent également les transactions en permettant aux clients de signer des documents à distance.

Pour accompagner et aider vos clients dans leurs projets immobiliers, vous pouvez également les orienter vers des plateformes spécialisées pour obtenir des conseils sur les financements.

Application pour agent immobilier n°3 : les coeurs de métiers

En tant qu’agent immobilier, le temps est une ressource précieuse. Équiper-vous des bonnes applications peut vous aider à réduire les tâches chronophages et à gagner en efficacité.

Optez pour la gestion locative en ligne

L’essentiel des applications indispensables pour un agent immobilier que nous vous recommandons sont en ligne. Il est alors évident que nous finirons par vous parler des outils de gestion locative en ligne. Il en existe plusieurs, répondant à des besoins spécifiques communs mais aussi différents.

Par exemple, avec Matera, vous obtenez un espace personnalisé avec les rubriques clés de votre gestion comme l’ensemble de vos biens ainsi que vos locataires et leurs coordonnées. Cet espace est complété d’une garantie Loyer Impayés vous assurant de toujours percevoir vos revenus locatifs. Ainsi qu’un annuaire de fournisseurs en cas de besoin.

Digitalisez vos constats immobiliers

Gagner du temps et de l’efficacité grâce à une application d’états des lieux numériques comme ImmoPad. Cette application vous permet de réaliser des états des lieux, des suivis de travaux et des visites techniques de manière numérique. Vous pouvez ajouter des commentaires, prendre des photos et générer des rapports complets directement depuis votre appareil mobile. Cela vous évite d’avoir à transporter des piles de papier et simplifie le processus de gestion locative.

Mesurez facilement

Des applications telles que Easy Mesure et Angle Meter vous aident à mesurer facilement les dimensions d’une pièce, des surfaces ou encore des angles. Vous pouvez obtenir des mesures précises sans avoir à utiliser des outils traditionnels tels que le mètre ruban ou l’équerre. Ces applications sont particulièrement utiles lors de visites de biens où vous devez prendre des mesures rapides et précises.

Chiffrez sans hésiter

ImmoPad propose également un outil d’estimation, de chiffrage et de pilotage de travaux appelé SmartPilot. Ce nouvel outil vous permet de chiffrer rapidement les travaux à réaliser, en vous appuyant sur un catalogue homologué. Il vous offre une solution complète pour estimer les coûts et gérer les travaux de manière efficace, le tout intégré dans une seule application.

Ne jamais oublier la productivité personnelle

Pour améliorer votre productivité personnelle, nous vous recommandons d’utiliser des applications de prise de notes telles que Notes, Microsoft OneNote ou GoodNotes. Ces applications vous permettent de capturer rapidement vos idées, vos réflexions et vos informations importantes. Pour rédiger des messages rapidement et efficacement, vous pouvez utiliser Swype, une application qui vous permet d’écrire des SMS et des textos en glissant simplement votre doigt sur le clavier. Puis, pour agréger le suivi de vos e-mails, de votre agenda et de vos réseaux sociaux, vous pouvez utiliser Cloze, une application qui centralise toutes ces informations et vous aide à rester organisé.

De plus, n’hésitez pas à vous servir de drive partagé comme Google Drive ou DropBox. Surtout si vous avez besoin d’échanger et transférer divers documents à votre équipe. Tout est au même endroit pour tout le monde !

Enfin, pour gérer vos missions et tâches entre vous et votre équipe, nous vous recommandons des outils de centralisations et gestions des tâches comme Trello.

Vous l’aurez donc compris, il n’y a pas forcément une seule et unique application pour agent immobilier. Mais bien une combinaison intelligente d’outils qui vous permettront de propulser votre activité. Ces applications vous aident à mettre en valeur vos biens, à gérer efficacement vos clients et à gagner du temps dans vos tâches quotidiennes. En choisissant les bonnes solutions et en les intégrant dans votre pratique professionnelle, vous pouvez améliorer votre efficacité, offrir un service client de qualité supérieure et augmenter votre réussite dans le domaine de l’immobilier.

L’état des lieux est une étape importante, à ne pas négliger, dans le processus de la location d’un bien. Il ne faut rien omettre, ni manquer aucune étape depuis les coordonnées du locataire jusqu’au descriptif de chaque pièce. Et ce, sans oublier de relever les compteurs d’eau, d’électricité, etc. Ceci afin d’éviter les éventuels conflits. C’est pourquoi nous vous présentons comment faire un état des lieux simplement, en 4 étapes.

Qu’est-ce qu’un état des lieux ?

Un état des lieux c’est un descriptif précis du détail d’un logement et de ses équipements.

Il peut se faire sur support papier ou sous format numérique.

Sur support papier il peut être plus ou moins détaillé, soit il peut être fait sous forme de case à cocher ou de façon plus détaillée avec des commentaires/descriptifs minutieux et des photos, qu’il faudra imprimer, faire signer et mettre en annexe.

Tandis que sous format numérique, l’état des lieux est automatiquement plus complet et précis. Le format dématérialisé accélère la prise de note tout en limitant les oublis. Il favorise un constat complet, où chaque pièce est inspectée du plafond au sol, éléments par éléments, détails par détails. (Mobiliers par mobiliers s’il y en a).

De plus, un état des lieux permet de :

  • Comparer l’état d’un bien entre l’entrée et la sortie d’un locataire.
  • Identifier les détériorations éventuelles à la sortie d’un locataire et ainsi pouvoir retenir la somme nécessaire à la remise en état, sur le dépôt de garantie.
  • Protéger aussi bien le locataire que le propriétaire

Que dit la Loi ALUR ?

L’état des lieux est encadré par la loi ALUR.

La loi ALUR a trois objectifs principaux :

  • Réguler le marché du logement et lutter contre les dérives
  • Favoriser l’accès au logement tout en protégeant les populations les plus vulnérables
  • Favoriser l’innovation et la transparence

La loi ALUR vise aussi à améliorer les rapports entre bailleurs et locataires et à renforcer la formation, la déontologie et le contrôle des professions de l’immobilier.

Avec ImmoPad, anticipez dès à présent la reprise de votre activité et préparez vos états des lieux, audits, visites techniques…

Récapitulatif des étapes pour faire un état des lieux précis

Étape 1 : Les informations / coordonnées du locataire et du propriétaire.

Rechercher et recopier les informations correspondant au propriétaire et au locataire pourra être simplifié grâce à un outil de gestion type CRM. Ce qui permettra de récupérer automatiquement les coordonnées.

Étape 2 : Les informations du bien.
Les informations sur le bien :

  • Le type de logement ;
  • Le numéro du lot ;
  • L’adresse ;
  • L’étage ;
  • Le nombre de pièces ;
  • La situation dans l’immeuble ;
  • La surface ;
  • etc…

L’outil de gestion vous permettra de sauvegarder ces informations.

Étape 3 : Avoir un document / modèle adapté

Avec des logiciels de gestion locative d’état des lieux, comme ImmoPad, vous trouverez des modèles adaptés à chaque type de logement, il vous suffira de le modifier en fonction des caractéristiques de votre bien. Avec un modèle, il est plus aisé de faire ses états des lieux étape par étape. Ex : ajouter un balcon au besoin, des WC séparés à la salle de bain, l’ajout d’une cave ou d’un emplacement de parking, etc…

Étape 4 : Prise de rendez-vous puis réalisation

Après avoir fait ces 3 étapes, il vous faudra prendre des rendez-vous. Chez ImmoPad, vous pourrez automatiser la prise de rendez-vous dès la création du document et transférer automatiquement les données sur la tablette.

Mock up pour l'article : comment faire des états des lieux étape par étape ?

Les avantages ?

Grâce à l’outil de gestion, type CRM, la saisie des données est simple, rapide, automatique et complète. Cet outil de gestion permet ainsi de sauvegarder et d’enregistrer automatiquement toutes les informations concernant le bien, le locataire et le propriétaire. Ce qui permet donc de dupliquer un document sans avoir besoin de retranscrire toutes les données.

Grâce à cette duplication, le format de l’état des lieux sortant correspond à celui de l’état des lieux entrant. De plus, vous gagnez du temps avec la saisie automatique des données, l’exportation de tous les éléments et informations d’un état des lieux à un autre, le pré-paramétrage de l’inventaire d’un bien meublé et le comparatif entrée/sortie automatique.

Le tableau comparatif met, lui, en évidence les travaux qu’il y a à prévoir et les dégâts potentiels, il permet de facilement reconnaître les priorités de rénovation, de repérer rapidement les défauts et dégradations et d’annoter en rouge et/ou en orange tous les défauts à rénover.

De plus, les envois de documents ou de prise de rendez-vous peuvent être automatisés et permettent donc de gagner beaucoup de temps et d’énergie.

Automatique

Simplicité

Gain de temps

Le secteur de la rénovation est en plein essor, surtout dans le domaine énergétique. Si en 2020, il y avait déjà plus de 190 000 dossiers déposés pour obtenir des aides dans la rénovation énergétique des bâtiments, ce n’est pas loin de 380 000 requêtes qui ont été envoyées au premier trimestre 2021. Un engouement qui n’est pas seulement dû à la passion des Français pour le marché de la pierre. Avec ses diverses aides financières (Ma Prime Rénov’, l’éco-prêt, etc.) c’est bien l’État qui tend à pousser ses propriétaires – bailleurs à une rénovation plus écoresponsable. Néanmoins, c’est augmentation des travaux engendre, parfois, une hausse des conflits entre bailleurs et locataires. Ainsi, quelles sont les réparations locatives à la charge du locataire ?

Tout d’abord, qu’est-ce que sont les réparations locatives ?

Les réparations locatives sont des travaux effectués dans un bien immobilier loué. Ils peuvent être réalisés par le propriétaire du bien ou par le locataire, en fonction des dispositions du contrat de location.

En règle générale, les travaux locatifs sont à la charge du propriétaire. Sauf si le contrat de location prévoit que le locataire doit les réaliser. Les travaux locatifs peuvent être de différents types : des travaux d’entretien courant, des réparations, des travaux de rénovation ou d’amélioration. À ce propos, n’hésitez pas à consulter notre article sur les divers financements possibles pour vos travaux de rénovation.

Qui est normalement à la charge des réparations locatives ?

En France, le propriétaire est responsable de l’entretien courant de son bien immobilier. Cela comprend les réparations mineures, l’entretien des équipements et des installations, ainsi que le remplacement des éléments usés ou défectueux. Notamment en période de vacances locatives.

Techniquement, certaines réparations et rénovations sont à la charge du locataire. On parle ainsi de travaux locatifs, qui touchent principalement des travaux d’entretien courant, de nettoyage, d’amélioration ou de rénovation. En clair, le locataire se doit de maintenir son logement en bon état tout au long de son contrat de location. De son côté, le propriétaire se doit d’effectuer tous les travaux nécessaires pour que son logement soit décent et vivable comme l’entend la loi ALUR. (Vous retrouverez à la fin de l’article les différents travaux qui incombent à la fois au locataire, puis au propriétaire.)

Donc le propriétaire ne peut obliger le locataire à prendre en charge des travaux de rénovation qui dépassent sa responsabilité. Toutefois, il peut imposer aux locataires que des travaux de rénovation soient effectués durant sa location, tels que :   

  • Des réparations pour maintenir le logement en état.
  • Des travaux d’entretien
  • Des travaux d’amélioration des performances énergétiques
  • Des travaux de remise aux normes du logement

Dans l’ensemble de ces cas, le locataire ne peut s’y opposer. Les deux partis doivent convenir ensemble d’une période de réalisation. Surtout si ces travaux touchent les parties de vie indispensable du logement comme la cuisine et la salle de bain.

Un propriétaire-bailleur peut-il exiger son locataire à réaliser des réparations locatives ?

Cependant, si des travaux plus importants doivent être effectués, le locataire peut être tenu de participer aux coûts. Dans ce cas, le propriétaire doit informer le locataire par lettre recommandée avec accusé de réception au moins deux mois avant le début des travaux. En précisant la nature, la durée et le coût estimatif des travaux, ainsi que la part qui sera à la charge du locataire.

Il est également important de noter que certains travaux nécessitent une autorisation préalable de la mairie ou de l’administration compétente. Cela peut inclure des travaux de construction, de rénovation, ou même de simple rafraîchissement.

Enfin, en cas de litige entre le propriétaire et le locataire concernant les travaux à effectuer ou leur financement, il est recommandé de contacter un médiateur ou un avocat spécialisé dans le droit immobilier pour obtenir des conseils juridiques. Concernant le suivi de ces travaux, et afin de s’assurer qu’aucun litige locatif ne se soit produit, nous vous recommandons de vous munir d’outils de veille aux travaux comme ImmoPad et sa fonctionnalité Suivi et réception de travaux.

Quand est-ce que le locataire est responsable des travaux ?

Les travaux d’entretien courant, tels que le remplacement d’une ampoule ou le nettoyage des canalisations, sont généralement à la charge du locataire. Les réparations, telles que la réparation d’un robinet qui fuit ou le remplacement d’une serrure défectueuse, sont habituellement à la charge du propriétaire.

Les travaux de rénovation ou d’amélioration, tels que la rénovation de la cuisine ou l’installation d’un système de climatisation, peuvent être à la charge du propriétaire ou du locataire, en fonction des dispositions du contrat de location.

Il est important de bien comprendre les dispositions du contrat de location concernant les travaux locatifs, afin de savoir qui est responsable de leur réalisation et de leur financement. Nous vous recommandons de contacter le propriétaire ou le gestionnaire quand des travaux sont nécessaires dans le logement loué. Le tout, dans le but de discuter des modalités de réparations.

Liste des types de réparations locatives à la charge du locataire

Ainsi, en France, le locataire est responsable de l’entretien courant du logement qu’il occupe. Cela inclut les travaux de petite réparation et d’entretien tels que :

  • Le détartrage et la maintenance des équipements sanitaires tels que la chaudière, le ballon d’eau chaude et les radiateurs
  • Le remplacement des ampoules et des fusibles
  • Le nettoyage régulier des vitres, des sols et des sanitaires
  • Le débouchage des canalisations et des éviers
  • Le remplacement des poignées de porte, des serrures et des clés perdues
  • La maintenance et le nettoyage des équipements tels que la machine à laver, le réfrigérateur et le chauffe-eau.
  • Le graissage des charnières et des serrures.
  • Le nettoyage et le remplacement régulier des filtres de la hotte aspirante, de la climatisation ou du chauffage.
  • L’entretien et le nettoyage de la machine à laver, du réfrigérateur, du lave-vaisselle et du four. S’ils sont inclus dans la location meublée.
  • Le ramonage de la cheminée, encore une fois, si présente dans le logement loué, et hors Ile-de-France. Le ramonage est d’ailleurs obligatoire pour s’en servir.

En général, le locataire doit effectuer ces travaux dans le respect des règles de sécurité et d’hygiène, et doit informer le propriétaire ou l’agence immobilière en cas de problème ou de dégradation constatée.

Cependant, certaines réparations peuvent être considérées comme la responsabilité du propriétaire, même si elles semblent mineures. Par exemple, si une fuite d’eau est causée par un défaut de construction ou si les installations électriques ne sont pas conformes aux normes de sécurité, le propriétaire est tenu de faire les réparations nécessaires.

En cas de doute sur les travaux à effectuer, le locataire peut se référer au contrat de location. Ou contacter son propriétaire ou son agence immobilière pour obtenir des conseils.


Cela ne vous aura pas échappé : les changements climatiques et l’extension des territoires urbains n’ont fait qu’augmenter les risques d’incendie et autres…. Les inondations représentent le premier risque naturel en France. Les incendies, quant à eux, touchent chaque année plus de 20 000 habitations. Quelle est donc la responsabilité des locataires en cas d’incendies ? D’inondations ? Ou encore, lors de sinistres dont ils ne sont pas responsables ? Le gestionnaire a-t-il une responsabilité ?

La responsabilité du locataire en cas d’incendie ou autres dégâts :

  • Il est à noter que les locataires ne peuvent être tenus responsable si les dégâts ont été occasionnés par des sinistres découlant d’un vice de fabrication, d’un défaut technique dans la conception du logement ou encore d’une négligence venant du propriétaire.
  • Comme le précisent les textes de loi (lois n° 86-1290 du 23 décembre 1986 et n° 89-462 du 6 juillet 1989), le locataire est tenu de s’acquitter des réparations locatives ainsi que de l’entretien du logement. Les locataires étant considérés comme responsable si des dégradations ou des pertes surviennent dans le logement lors de leur location.
  • Si des sinistres sont susceptibles d’affecter une partie ou tout le bien, venant de catastrophes naturelles reconnues, c’est-à-dire résultant d’un arrêté catastrophe naturelle, alors le bailleur est dans l’obligation de prévenir le locataire.
  • L’article 7 de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs, explique que : « Le locataire est obligé de s’assurer contre les risques dont il doit répondre en sa qualité de locataire et d’en justifier lors de la remise des clés, chaque année, à la demande du bailleur ». En revanche, pour les locations meublées l’assurance n’est pas obligatoire. Ce qui n’empêche qu’en cas de sinistre, les locataires devront indemniser les dommages.
  • Enfin, le propriétaire est en droit de souscrire une assurance pour les locataires.

Que ce passe-t-il lors d’incendies, d’inondations ou encore de sinistres ?

Les forces majeures ne sont pas de la responsabilité des locataires. Par force majeure, on entend:

  • les cataclysmes naturels tels que les séismes, la grêle, les inondations, les coulées de boue…
  • les accidents technologiques comme les explosions d’usine, les déversements et les fuites de produits toxiques…
  • les accidents occasionnés par des tiers, comme des incendies, des dégâts des eaux ou des explosions…

Néanmoins, pour que le locataire d’un logement meublé soit couvert en cas d’incendie, le mieux est de souscrire à une garantie “risques locatifs”.

Pour les locataires de non-meublés, cette garantie est obligatoire. La garantie “risques locatifs” prend en charge uniquement les dommages dus à un incendie, un dégât des eaux ou une explosion. En cas de sinistre, les dommages alors causés au bien par les locataires seront indemnisés par l’assureur au propriétaire.

Pour être plus couvert, il est possible de souscrire à une assurance multirisques habitation. Celle-ci propose systématiquement deux garanties qui sont complémentaires à celle contre les risques locatifs”. D’une part la garantie “recours des voisins et des tiers”, et d’autre part une garantie qui protège les biens mobiliers ainsi que des effets personnels des locataires. Cette seconde garantie permet de protéger, également, les biens présents dans une dépendance au logement, comme un garage ou encore une cave.

L’assurance multirisques habitation permet de couvrir les dommages liés à un incendie, un dégât des eaux, une explosion, mais aussi les dommages consécutifs à une tempête, à de la grêle, de la neige, des bris de glace, une catastrophe naturelle ou technologique ou encore à un attentat ou un acte de terrorisme.

Il faut tout de même veiller aux plafonds de remboursements, les exclusions et les franchises appliquées.

Que se passe-t-il si les voisins sont responsables du sinistre ?

Si un incendie ou un dégât des eaux, s’étant déclenché dans le logement d’un voisin, se propage aux étages supérieurs ou inférieurs, et touche alors votre locataire, il faut que le locataire voisin ait souscrit à la garantie “recours des voisins et tiers” afin qu’elle puisse indemniser le propriétaire.

Les infos à retenir:

Responsabilite-locataire-incendie-inondation-infographie

Vous voilà incollable sur les responsabilités en cas d’incendie ou autre sinistre ! En espérant que vous n’aurez pas ce type de problème à gérer !

more_vert